Je te vois brûler de passion

Les nombreux appels à candidature se bousculent sur la toile. Concours et festivals en tout genre tentent d'accaparer votre attention afin de vous convaincre de l'importance d'y participer pour rendre brusquement visible votre travail en flattant votre égo. Ceci moyennant des frais d'entrée ou de dossier bien sûr dont les montants atteignent parfois des sommes délirantes. Dix ou vingt cinq euros, c'était déjà trop pour moi et ça n'avait pas de sens. Est-ce qu'un acteur payait un droit d'accès pour participer à un casting et décrocher un rôle ? NON.

 

Refroidie par ces approches, j'avais pris la décision de ne plus participer à ce type de concours à laquelle mon innocence avait pourtant cédé deux ou trois fois.

 

En 2018 pourtant, je piétine une dernière fois mes  principes censés être inébranlables. Cette citation (dont le nom de l'auteur(e) m'échappe),  me colle tellement bien à la peau  : "Je cultive mes contradictions, ça évite l'ennui".

 

En effet, je reçois une relance d'un concours prestigieux organisé au Luxembourg auquel j'avais déjà participé l'année précédente. Les droits d'entrée à ce concours ont fait un bond vertigineux. Mais ils sont réduits si je participe à cette seconde session. Mes coordonnées ont été sauvegardées (?!). Je franchis le pas. Je crois alors que mon innocence a fait place au désespoir à cet instant précis ; car 2018 fut une année créative mais invisible.

 

Si, une fois de plus, mon travail n'a pas été sélectionné,  j'ai réalisé à quel point j'étais habité par la passion et l'aveuglement qu'elle créait dans mes prises de décision. J'ai mesuré combien mon travail avait évolué et l'importance du développement que je voulais lui donner. Je voulais être résolument moderne. Je me sentais aussi parfois  incomprise. Je pensais aussi que je ne vivais pas au bon endroit. J'enrageais.

Prendre des risques avec ce projet et la fabrication de mon premier caisson lumineux, en collaboration avec le studio parisien SOFTLIGHTS, m'a appauvri financièrement mais a su me procurer énormément d'excitation et de satisfaction quant au résultat obtenu. Le professionnalisme et la gentillesse du Studio  qui s'est adapté à mes contraintes en sont les principales raisons. J'avais concrétisé l'une de mes premières ambitions. Moi, cette femme qui venait d'un milieu social si modeste et qui n'avait jamais reçu aucun encouragement... que des humiliations.

 


Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Annie LARBRE (vendredi, 27 septembre 2019 20:44)

    Bonjour Betty,
    Notre rencontre fort sympathique, chaleureuse au Château d'Oléron restera inoubliable pour moi. J'ai reconnu une "artiste" passionnante et passionnée. J'aime beaucoup ce que vous faites : vidéos, tableaux... Continuez et restez la même, c'est-à-dire une belle âme, ouverte aux rencontres, originale, innovante. Ne vous découragez pas. Je comprends mieux les commentaires FB que vous me laissez. Toutes mes amitiés.

  • #2

    Feuillat (vendredi, 27 septembre 2019 20:49)

    Ma chère Betty. Je suis très émue a la lecture de ton message. Je te connais un peu...et je connais aussi la qualité de ton travail ! N'abandonne pas ! Il y aura bien quelqu'un un jour prochain...qui saura le reconnaître ! Avec toute mon admiration et mon amitié.